Blog
  • Register
AU COEUR DE L'ART

 

L’Association au Cœur de l’Art et Marc CHAGALL


A l'occasion du 30ème anniversaire de la disparition de Marc Chagall, l’association « Au Cœur de l’Art » a souhaité commencer ses activités en rendant hommage à un des artistes les plus connus du XXème siècle et dont une infime partie de l’œuvre appartient au  patrimoine culturel mosellan.

 

Chagall enfant dans un univers rural

Marc Chagall, né le 7 juillet 1887 dans le village de Vitebsk en Biélorussie, est issu d’une famille nombreuse et modeste. Son enfance, et en particulier les séjours passés à la campagne, chez son grand-père, vont marquer son imaginaire. Son œuvre témoigne de la fascination qu’exerçaient sur lui les animaux de la ferme, chèvres, vaches, poules… et l’univers du quotidien rural.

 

Après Saint-Pétersbourg, les Beaux-arts à Paris

Très tôt, il aime dessiner et parvient à convaincre ses parents de partir étudier les Beaux-Arts à Saint-Pétersbourg, puis à Paris où il arrive en 1910. Dans le quartier de Montparnasse, il va habiter « La Ruche », une maison où travaillent des artistes du monde entier, poètes, peintres, sculpteurs. Il y est témoin de mouvements picturaux tels que le fauvisme finissant et le cubisme naissant. Le premier lui inspire la couleur pure, gaie et claire, le second une certaine déconstruction de l’objet. Néanmoins jamais Chagall n’adhèrera pleinement à un mouvement ou à une école. Tout en adoptant Paris comme sa deuxième ville natale, il n’oublie pas ses origines russes. Même lorsqu’il peint les ponts de la Seine ou la tour Eiffel, on peut reconnaître des éléments de décor inspirés de souvenirs d’enfance qui ne le quitteront jamais.

 

1ère Guerre mondiale, séjour en Russie

En 1914, Chagall commence à exposer ses œuvres à Paris, puis à Moscou. Il rentre au pays natal, et la guerre ayant éclaté, il doit y rester. Durant la Révolution Russe de 1917, il est nommé commissaire des Beaux-arts de la région de Vitebsk. Il se marie avec sa bien-aimée Bella, et peint des toiles inspirées par l’amour qu’il porte à sa jeune épouse. A Moscou, il travaille aux décors et aux costumes du théâtre juif. Mais les difficultés de vie en Russie obligent le jeune couple à quitter le pays.

 

Chagall France 1921 - By Unknown photographer (Book Chagall by Jacob Baal-Teshuva) - Public domain, via Wikimedia Commons

 

De retour en France

En 1923, la famille revient en France. Chagall s’installe dans un atelier avenue d'Orléans à Paris et retrouve Robert et Sonia Delaunay, peintres amis. Il s’intéresse à la naissance du surréalisme. Mais  il exprimera toute sa vie dans ses peintures, la nostalgie de son village de Vitebsk et des paysages russes. Ces paysages peints dans des couleurs vives et jamais réalistes traduisent la symbolique de son univers personnel et la sensibilité de leur auteur. Son amour pour Bella inspire aussi son œuvre ; les sujets de ses toiles reflètent le bonheur d’aimer et de peindre.

 

Marc Chagall et l'édition

Chagall fait la connaissance de Ambroise Vollard, marchand et éditeur de livres qui lui commandera notamment trente gouaches et cent eaux fortes illustrant les Fables de La Fontaine (1924-1925), 118 eaux fortes pour les Âmes Mortes de Nicolas Gogol (1925-1931) mais aussi et surtout des illustrations pour la Bible (1930). Au début des années 1930 il voyage beaucoup avec sa famille.

 

2ème guerre mondiale, il trouve refuge aux États-Unis

À partir du 7 juillet 1937 il prend la nationalité française pour fuir l'antisémitisme de l'Europe centrale. La guerre et ses persécutions inspirent à l’artiste des scènes douloureuses. À la fin du printemps 1941, il est arrêté, et doit son salut au journaliste américain Variant Fry qui lui permet de rejoindre les États-Unis. Il va y découvrir la lithographie. Il crée à nouveau des décors et costumes de théâtre pour des spectacles chorégraphiques (l’Oiseau de Feu, sur une musique de Stravinsky).
Sa femme, Bella, meurt en 1944. Face à ce deuil,  il cessera de peindre pendant plusieurs mois. Cet événement marque le choix de ses sujets à cette époque.

Marc Chagall 1941 cut - Carl Van Vechten, Public domain, via Wikimedia Commons

 

Au musée d'Art moderne
en 1947

Pour la première rétrospective de ses œuvres à Paris au Musée d’Art Moderne (1947), Chagall revient s’installer en France. Il aborde la céramique et la sculpture, et son œuvre prend une dimension monumentale.
C’est en 1956, qu’il découvre le vitrail et la mosaïque. Ces techniques deviennent son mode d’expression privilégié pour traduire le message biblique (église d’Assy, cathédrales de Metz, de Reims, synagogue de Jérusalem…).

Marc Chagall 1960 - By Unknown (Mondadori Publishers) Public domain, via Wikimedia Commons

 

L'inspiration biblique

Après son voyage en Israël, Chagall décrit la Bible comme «  la plus grande source de poésie de tous les temps » et dès lors il dit avoir « cherché ce reflet dans la vie et dans l’art ». Commence alors pour Chagall une nouvelle ère de création artistique. Dorénavant, il consacre son travail à la thématique biblique traduisant l’Écriture Sainte d’abord en gouaches puis en gravures. Ce travail monumental est à l’origine du Message biblique qui propose un cycle décoratif relatant l’histoire biblique, terminé en 1966. Chagall en fait don à l’État français, qui, au grand bonheur de Chagall, l’expose au Louvre avant d’inaugurer en 1973 le Musée national du message biblique à Nice, en présence d’André Malraux.

MarcChagall 1965 - Yousuf Karsh (CC BY 2.0) via Flickr

Reconnu avant sa mort

Marc Chagall est l’un des artistes installés en France les plus connus du XXème siècle avec Picasso et Matisse. En 1985, il meurt à Saint-Paul-de-Vence en Provence à l’âge de 97 ans.
L'art de Marc Chagall s'est formé sur fond d'influences issues de la double tradition slave et judaïque. Il a séduit l'Occident par la vision poétique qu'il propose et par la diversité de ses moyens d'expression.

 

Chagall et le vitrail, en France et en Moselle

Parmi les vitraux réalisés par Marc Chagall en France (Reims : trois vitraux dans la cathédrale : « L’Arbre de Jessé », « Les Deux Testaments » et « Les Grandes Heures de Reims ». Le Saillant : Six vitraux dans l’église), deux séries se situent dans le Département de la Moselle, dont le  vitrail monumental de 12 m de haut sur 7,5 cm de large «  La Paix » à Sarrebourg.

 

À Metz

Surnommée « la lanterne de Dieu », la cathédrale Saint Étienne de Metz est, en France, celle qui possède la plus grande surface de vitraux : 6500 m2. Parmi eux, ceux créés en 1959 par Marc Chagall sont situés dans le transept et dans le déambulatoire gauche. Ces trois vitraux ont pour sujet des épisodes de l’Ancien Testament.
Le premier vitrail est installé en 1978. Après la mort de Chagall, son collaborateur Charles Marq, Maitre-verrier de l'atelier Simon de Reims, créa les autres vitraux dans les nefs latérales.

Brigitte FERRARI

Sources :

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Un_livre_pour_l_ete/02/4/Ecole_Ressources_UnLivrePourEte_BiographieChagall_153024.pdf
http://www.eternels-eclairs.fr/biographie-marc-chagall.php

Voir notre programme Chagall

AU COEUR DE L'ART

 

« Au Cœur de l'Art », séduit par la pop-culture


La revanche du papier

C'est fait ! A l'instar des Transformers, Geeck-art .net, le blog de Thomas Olivri, change encore d'apparence pour les besoins de la cause. Il emprunte à nouveau les voies traditionnelles de l'édition papier.

Les premières éditions

Sorti en France, Belgique, Suisse et au Québec en 2012, « Geek-Art, Une anthologie - Art, design, illustrations et sabres laser », édité par Huginn&Muninn, fut épuisé en l’espace de quelques semaines. Les geek les plus persévérants auront peut-être - pour une centaine d'euros - le bonheur de dénicher sur la toile quelques rares exemplaires...
La version 2012 reliée (EN) :

 

Face à la demande, il fut réédité, agrémenté d’une couverture alternative et de corrections de textes. Et sa sortie le 26 octobre 2013 a connu le même sort :

 

Geek-Art - Une anthologie : Le retour !

La version reliée de 2014 :

 

Après l'édition reliée d'octobre 2014 les éditions Huginn&Muninn nous proposent depuis le 18 septembre dernier un ouvrage broché : « Geek- Art, Une anthologie - Art, design, illustrations et pop-culture ». Ce dernier volume est un petit trésor, issu des recherches acharnées et effrénées de Thomas Olivri, conjuguées au travail de l'éditeur.
A travers plus de 400 pages, l'auteur - rédacteur publiciste de profession - nous fait partager la passion de nouveaux talents. Il les met en lumière à travers des centaines d'illustrations.

« /…/c’est avec un immense plaisir que je parcours le Net pour aller chercher chaque jour un peu plus de merveilles. Geek-Art.net est un cri d’amour à cette pop culture bouillonnante, changeante, créative et passionnante. » Thomas Olivri.

Le mot de l'éditeur

Internet, séries TV, films, jeux vidéo ou bandes dessinées... Le panthéon des héros de la pop culture est aujourd’hui sur tous les fronts. Leurs univers, autrefois réservés à une poignée de passionnés, ont désormais pignon sur rue, à tel point qu’il n est pas exagéré de penser que les geeks ont pris le pouvoir. Les premiers fans ont passé le flambeau à une nouvelle génération d'artistes, de graphistes et de designers qui se nourrissent avec plaisir de toute l'inspiration qu’ils trouvent dans ces incroyables mondes de SF, de fantasy ou de super-héros. Avec plus de 80 nouveaux artistes, cette deuxième anthologie inédite recueille le meilleur de cette expression moderne et populaire qu’est le geek art. Retrouvez leur vision unique et sans nulle autre pareille, empreinte de ferveur et de dévotion, pour ces icônes modernes que sont devenus Mario, Batman, Gandalf, Daenerys et bien d’autres encore.
Cet ouvrage reçoit les hommages de Hugo-Pierre Gausserand dans les colonnes du Figaro :
« Geek-art, la pleiade de la pop-culture »