Coup de coeur
  • Register

Peintre, sculpteur

D'origine sino-javanaise, John Lie A Fo est né au Suriname à Paramaribo le 15 juin 1945. Il vit et travaille en Guyane française.
Artiste incontournable des Guyanes, il est le premier à obtenir une reconnaissance internationale.
Son œuvre est inspirée par de profondes convictions humanistes et spirituelles, forgées par ses expériences et nourries par ses rencontres. Elle traduit la diversité des cultures dans les Tropiques. C'est une œuvre forte où l'on peut suivre la volonté de trouver les liens entre les cultures dans l'évolution de l'expression graphique. D'abord influencé par le cubisme - John Lie A Fo adore Pissa - il s'essaie dans diverses voies avant de trouver la spontanéité qui lui est propre. Il revendique ses racines tropicales d'Amérique du sud dans la matière même de ses œuvres : Il emploie pour ses fonds de la bauxite, le minerai de son pays natal.

 

 

L'enfant des tropiques

En décembre 2013, dans son discours inaugural de l'exposition John Lie A Fo à la Galerie l'Encadrier à Cayenne, Paul Léandri dit de lui : «John Lie A Fo nous offre du monde une vision sans concession ni compromission. Il demeure ce témoin attentif, cet observateur engagé qu’il n’a jamais cessé d’être depuis que, au cœur des années 70, il redécouvre l’alphabet afaka, et revendique, lui le surinamais d’origine sino-javanaise, son héritage bushinengé et amérindien.
Sa culture, celle qui nourrit son œuvre, est celle des Tropiques où se mêlent toutes les identités et toutes les volontés, assumant ses traditions tout en revendiquant son propre affranchissement.
L’œuvre de John Lie A Fo explore le réel tout en révélant le possible. Il puise à toutes les sources, calligraphiques ou mythiques, telle la cérémonie jarang-képang, se nourrit de toutes les expériences artistiques et culturelles, du Tropicalisme au mouvement Cobra, en passant par tous les héritages européens, sur lesquels il fait main basse, sans aucuns scrupules, pour mieux les transcender.
Il est en cela l’enfant des Tropiques, nourrit de toutes les cultures et de toutes les influences.»

 

Les premières années

A 15 ans John Lie A Fo rejoint les Pays-Bas et, après s'être engagé dans l'armée, vit de petits boulots administratifs. A 18 ans il sillonne l'Europe pour tenter une carrière musicale. Lors de son périple, il rencontre à Amsterdam la danseuse de ballet Maria Tjaden et s'installe en Hollande pour s'y marier en 1967. Il est alors musicien. En 1968 il s'installe à Anvers et s'inscrit à l'Académie Royale des Beaux-arts dont il suit les cours du soir parallèlement à la gérance du bar qu'il a créé pour y jouer sa musique. Extrêmement motivé, il est repéré par les enseignants.

John Lie A Fo décide de se consacrer définitivement à la peinture et la sculpture en 1970. C'est à ce moment qu'il découvre l'écriture Afaka en visitant le musée des Tropiques d'Amsterdam. Cette écriture, inventée par Ndyuka Afaka Atoemoesi, un esclave prisonnier - un noir marron - pour communiquer secrètement avec les autres détenus, a été pour lui un déclencheur. En 1974 il retourne aux Pays-Bas, à la Haye. Il s'y inscrit à l'Académie des Beaux-arts pour continuer ses études. Il reçoit une subvention d'État, la BKR, et peut se consacrer entièrement à l'art. En 1976 il s'installe dans un atelier au «Stille Veerkade» qu'il conservera jusqu'en 1991. Sa première exposition aura lieu à Paramaribo en 1976, tout juste après l'indépendance du pays, devenu le plus petit État d'Amérique du Sud.

 

Un Guernica personnel

En 1978 il retourne s'installer au Surinam pour y vivre avec sa femme Maria et ses deux enfants. Il s'impose à travers ses expositions solitaires et collectives et participe activement au développement de la culture en élaborant une subvention d'artistes. En 1983, cette impulsion est dramatiquement interrompue : il retourne aux Pays-Bas pour fuir l'insurrection et le régime militaire instauré par les coups d'États successifs depuis le 25 février 1980. Sa frustration et sa colère s'expriment à travers ses gravures de l'époque, pour parvenir à des peintures plus réalistes au fil de son apaisement. Il suscite rapidement l'intérêt du public et crée une collaboration étroite avec les autres artistes, en particulier dans le domaine de la sérigraphie, où ils innovent ensemble et
développent de nouvelles techniques.
C'est le succès, mais les tropiques lui manquent. En décembre 1983 il retourne en Amérique du Sud, cette fois en Guyane, pays voisin du Suriname, pour s'y installer définitivement et y retrouver un environnement naturel identique à son pays natal. Il achète un immense terrain qu'il défriche et façonne comme une œuvre d'art.
Il vit là, à Montjoly, chemin Morne Coco depuis plus de 30 ans.

 

John Lie A Fo aux états généraux de l'outremer

AU COEUR DE L'ART

Peintreporteur de tradition 700

Porteuses de tradition 2015

 

Jean Michel Hannecart est né à Valenciennes en 1971. Il vit à Reims et Paris.
Au Coeur de l'Art le découvre à l'occasion de sa dernière exposition : «Smokes without light», accrochée du 17 octobre au 21 novembre 2015 aux cimaises de la galerie Phantom projects contemponary, 17 rue de la monnaie à Troyes en Champagne.
Smokes without light regroupe un ensemble de dessins et de peintures de 2014 et 2015.

 

Formation

En 1991 il suit des études de restauration de peinture à l'E.N.S.A.V de La Cambre à Bruxelles, où, en 1996, il obtient la Grande distinction d'un graduat en Art plastique à l'institut Saint-Luc/E.R.G (atelier peinture Marthe Wéry).

 

Orientation artistique

Il exerce tout d'abord la profession de restaurateur de tableaux dont il utilisera les connaissances pour se tourner, concomitamment à l'enseignement à l’Ecole supérieure de design de Reims, vers une carrière d'artiste résolument contemporain. Il adapte une technique flamande du XVème siècle pour élaborer son projet. A base de craie, elle servait de préparation aux supports. De sous-couche cachée à tout jamais par l'oeuvre elle-même, Jean Michel HANNECART, en l'exploitant pour ses créations, lui donne toute la lumière à l'instar d'un tableau recouvert et enfin révélé.

 

Voir : Le Délit Miroir
Une performance en peinture et musique en direct. Détournement de photos de presse en peinture.

 

Expositions

2013

- Phantasma , Centre d'art camac, Marnay/seine

 

2011

- Eloignement familier, Résidence du frac Champagne-Ardenne, galerie d'établissement, Campus Colbert
- Batailles, Musée barrois, Bar-le-Duc

 

2010

- La fête est permanentes, avec le FRAC Champagne-Ardenne. Musée des Ardennes, Charleville-Mézières
- La bande à Bara, galerie pierre Tal-Coat, Hennebont
- Centro cultural provincial, Malaga (Espagne)
- Les nouveaux Chamagnons, Centre culturel pour l'enfance, Tinqueux

 

2009

- Faces, Centre d'art contemporain Passage, Troyes
- Passager, Galerie Où, Marseille
- N44, Bamako (Mali)
- Otto house, Stavanger (Norvège)

 

2008

- Passagers, gallerie Où, Marseille
- Champs de mémoire, musée guerre et paix ; Novion Porcien
- Quatre vingt treize, Les Lilas, Paris

 

2007

- Les chiens nous dresseront, théâtre la tempête, Paris
- Chapitres #2 Reims
- Expogares,  Wassy. Commande pour le musée des arts décoratifs, Paris (5/5 designers)

 

2006

- The last window,  La galeru & la galerie de l’école, Fontenay/bois
- Traversée d’art, Château de Saint-Ouen.
- My taylor is rich, galerie trois petits points Paris

 

2005

- Figure, Paysage, Marine, Centre pour l’enfance, Tinqueux
- Novembre à Vitry, galerie municipale, Vitry-sur-Seine.

 

2004

- Mélanine, Centre culturel St-Exupery, Reims
- Ombre portée, Espace culturel d’établissement, Dormans
- Hosties noires, ancien collège des Jésuites, Reims

 

Le blog de Jean-Michel Hannecart

AU COEUR DE L'ART

Peintre

Né en 1967, Simon Pasieka est un artiste allemand qui vit à Paris.
Après Idylles Apocalyptiques, une exposition à la galerie Éric Mircher en septembre 2011 qui aura fortement marqué les visiteurs, le « Peintre de l'adolescence » expose Je suis bosquet, lac et glaise à l'Espace Julio Gonzalez jusqu'au 17 octobre.
On reste songeur devant des toiles aux tons anciens où la scénographie mêle le possible à l'impossible. Atmosphères qui, cette fois encore, ne nous laissent pas indifférents.


Je suis bosquet, lac et glaise.

Espace Julio Gonzalez
21, avenue Paul-Doumer, Arcueil (94)
Tél. : 01-46-15-09-75
Mercredi et samedi de 14 heures à 19 heures,
jeudi et vendredi de 16 heures à 19 heures.
Jusqu'au 17 octobre 2015.

AU COEUR DE L'ART

Peintre

M’interrogeant dès mon plus jeune âge dans l’effervescence et la réflexion sur ce qui m’entoure, j’ai tout naturellement pris le premier outil qui se trouvait dans ma chambre, c’est – à – dire un crayon et j’ai dessiné le milieu ambiant auquel j’étais confronté : des meubles, des livres etc. Depuis je continue à pratiquer cet exercice à l’instar d’un musicien qui fait ses gammes, chez moi, en extérieur, dans la rue, les bars, les concerts, avec rigueur sans occulter l'instinct. De cette période intense, j’ai étudié l'histoire de l'art. Rembrandt, Goya, Vélasquez furent pour moi une véritable découverte par leur virtuosité. Les impressionnistes qui firent jaillir dans un ensemble uni et cohérent la lumière m’ont mis des étoiles dans les yeux. Van Gogh, Soutine, Bacon me frappèrent par leurs douleurs et Hopper, ce célèbre peintre américain, pour ses formes géométriques et la solitude de ses sujets dans lesquels je me retrouve. J’ai posé le pied dans l’ombre étrange de l’existence pour retrouver la scène de la vie sur laquelle s’éveillent des êtres acteurs d’une histoire muette. Ces peintures, ainsi que ces encres de Chine sont  des messages où évoluent l’équilibre et la destinée humaine.

AU COEUR DE L'ART

Peintre

 A commencé par un dîplome de dessinateur en exécution publicitaire mais l’évolution de son activité le mena à devenir infographiste. Après 14 ans dans un studio de création ainsi qu’un bref passage en tant que Directeur Artistique dans une agence de com, il décide de devenir freelance et de s’inscrire à la "Maison des Artistes" sous le pseudo de Yapluka. Depuis ce statut lui permet de varier ses activités et de suivre des projets tels que la "Vitrine Éphémère" où il peut explorer tous ses thèmes préférés .